Prévisions 2020: Cours de l’or (Baisse/Hausse des Prix)?

Les tendances du cours de l’or intéressent tout le monde. S’il est toujours difficile de faire des prévisions exactes, il faut surveiller de près l’actualité mondiale qui va largement influer l’offre et la demande. Ainsi, au vu de ce qui se passe actuellement dans le monde, il est fortement possible que nous nous dirigions vers une hausse du cours de l’or. À suivre, nos explications.


Les prévisions pour les années à venir


Nous nous sommes projetés sur la fin de cette année et sur les 4 suivantes. Ce sont des tendances. Comme souvent, elles sont à prendre

2020

L’anticipation des prix de l’once d’or est à la hausse. UBS vient de faire une prévision à 1 300 $. 2020 peut marquer le début d’une belle montée qui irait jusqu’en 2023.

Les quelques années qui arrivent s’annoncent donc belles pour l’or. Ce n’est pas le cas de l’argent (principalement utilisé dans l’industrie) qui risque de subir les dommages collatéraux d’une croissance en berne

Les entreprises minières vont participer à l’essor du métal jaune grâce à la bonne tenue de leur croissance. De nouveaux projets d’ouvertures de mines sont prévues, notamment au Burkina Faso.

Des mines « géantes » sont aussi sur le point de voir le jour en Amérique du Sud, au Mexique et au Chili. Certaines prévisions optimistes voient l’once d’or à 1 500 $ en 2020.



2021

D’autres projets de grandes envergures sont annoncés, créant une dynamique sans précédent sur le cours de l’or. Des mines vont surgir de terre en Mongolie et aux États-Unis pour stimuler une production déjà bien relancée. Même chose en Colombie.

Alors, est-ce utopique de voir l’once d’or atteindre 2 000 $ en 2021 ? Pour certains analystes, non ! Car cette valeur précieuse fonctionne par cycles, et nous sommes actuellement dans un cycle haussier qui devrait aller jusqu’en 2023.

2022

L’embellie va continuer, à condition qu’aucune catastrophe politique ne vienne plomber ce ciel radieux. Même chose pour la fiscalité. Elle ne doit pas augmenter, pour que les français puissent continuer à investir massivement dans l’or.

Prévision : l’once à  2 500 $ en 2022.

2023

C’est l’année qui va décider si le cycle s’arrête ou s’il se poursuit jusqu’en 2040. Nous serons alors en haut d’une courbe qui devraient amener l’or à 3 000 $ l’once en 2023.

Bien sur, ce ne sont là que des prévisions. SI nous avions la science infuse, nous serrions tous riches ! Ci-dessous, retrouvez pourquoi c’est une valeur refuge qui ne se démode pas.



Mise à jour : l’or, la remontée du cours !


Le métal précieux a des hauts, il a des bas, mais l’or est toujours là. C’est dans les moments où on l’attend le moins qu’il rebondit, et en plus, il n’y va jamais avec le dos de la petite cuillère.

Car la reprise est là, et il profite de la chute vertigineuse des cours de la bourse pour se refaire une santé alors que les actions dévisses comme rarement. Mais elles ne sont pas les seules à dégringoler : le pétrole, le dollar, l’immobilier…

Bref c’est toute l’économie qui boit la tasse. Pourtant, les investisseurs ne s’y intéressaient plus trop. Hors, quand tout va mal, c’est la valeur refuge par excellence, et l’or est encore entrain de le prouver au monde entier.

Il faut se servir des leçons du passé

Elles permettent d’apprécier ce retour en grâce de près de 10 % en quelques jours (+5 % en une seule séance, +20 % depuis le 1er janvier).

La dernière fois que le métal jaune avait fait un tel bond, on est reparti pour dix ans de hausse. Cela va-t-il être encore le cas ?

Et croire dans le futur

Seul l’avenir nous le dira, mais la reprise de son cours semble bien être solide cette fois, d’autant plus que la FED va peut-être imiter le Japon  en revenant à des taux directeurs négatifs pour relancer la machine.

Voir l’once atteindre bientôt les 1400 $ en 2020 devient une forte probabilité.

La baisse appartient-elle au passé ?


Cela faisait 3 ans que l’or chutait, il fallait bien qu’il entame un jour sa remontée infernale, même si on ne l’attendait pas aussi haut si vite.

Mais comme toujours avec lui, il ne faut pas s’emballer trop vite, et garder à l’esprit que les records de 2011 sont encore très loin.

Pour y arriver, il faudrait que l’économie mondiale s’enfonce encore un peu plus. Ceci-dit, elle est bien capable de le faire, la Chine étant loin d’être sortie d’affaire.

Il convient de se montrer prudent

Nous conseillons donc aux investisseurs et aux petits épargnants de n’y placer qu’une petite partie de leurs économies, et encore, avec une vision à moyen terme, car pour affronter les soubresauts du court terme, il faut avoir des nerfs à toutes épreuves.

En tout cas, ce qui est certain, c’est que l’or inspire de nouveau confiance, là où les matières premières et les devises font plutôt fuir les investisseurs.

Ce qu’il faut surveiller de près pour bien investir


1. Le marché des actions

La bourse d’abord, qui joue au yoyo avec ses cours, à la hausse comme à la baisse. De quoi décourager les petits porteurs, comme les gros.

Une baisse importante créée des ventes massives, fruits de la panique qui s’empare des marchés. Quand on perd beaucoup d’argent très vite, c’est une spirale infernale qui s’enclenche. Les ventes à perte et la VAD (parier sur la chute d’une action) sont en train de tuer le système.

2. La politique des banques centrales

Il convient donc de s’interroger sur la crise, et sur ce qui la fait perdurer. Les banques centrales sont pointées du doigt. Tout cet argent versé « gratuitement » ne donne rien de bon. Les choses auraient-elles été différentes sans cela ?

Car cet interventionnisme n’a pas poussé les entreprises à investir, et l’inflation est restée au plus bas. Les dettes par contre, ont augmenté, et si la bulle éclate, cela va faire très mal.

3. Les relations entre la Chine et les USA

La Chine, bien sur, ne doit pas être lâchée des yeux. Elle est moins compétitive, et va sûrement dévaluer sa monnaie pou regagner des parts de marché. Les américains risquent de très mal le prendre.

4. Le cours du brut

Même chose pour le pétrole. Si l’or noir, les investissements vont repartir à la hausse, et l’argent du Golfe avec.

5. La solidité financière des banques

Enfin les banques. On va peut-être vers une crise majeure. Saura-t-on faire le dos rond puis relever la tête ?

6. La hausse du dollar

Elle pourrait faire baisser le cours de l’or. Car si le dollar augmente, les taux d’intérêts aussi. Il y aura alors bien d’autres actifs dans lesquels se lancer pour faire fortune.

Ce qui pourrait faire augmenter le cours de l’or


Les petits porteurs se dépêchent d’acheter des lingots et des pièces, avant que les prix ne flambent trop. L’effet suiveur fait le reste. Mais il n’y a pas que les petits porteurs qui font le cours.

1. Les fonds de retraite

Ils achètent aussi en masse, et la demande dans les pays émergeant repart à la hausse. Au niveau des valeurs refuges, l’or est le seul à offrir ce niveau-là de garanties.

2. La Chine

Quand la Chine s’éveillera, ceux qui possèdent quelques lingots bien au chaud se frotteront les mains. Car le pays du matin calme est bien décidé à continuer de faire des réserves, et ça se compte par tonnes ! Elle a signé des accords d’extractions avec de grandes sociétés minières russes.

Pour l’instant, le yen est adossé au cours du dollar, mais les choses peuvent changer. Une devise chinoise bientôt adossée à l’or n’a rien d’utopique, et ce bouleversement pourrait arriver plus tôt qu’on ne le croit.

La création d’un fonds d’investissement or


Une fois les caisses pleines, il sera le plus important du monde de part ses réserves : plus de 16 milliards USD. La Chine qui dirigera le fonds s’est associée avec 60 autres pays pour cela. Les banques centrales pourront ainsi y faire leur marché et acheter plus de réserves.

Pour fixer le prix de l’or, il faudra donc compter sur la Chine qui va devenir un acteur majeur du secteur. Ce sont les américains et les anglais qui vont râler (c’est chez ces derniers que l’essentiel des réserves mondiales étaient entreposées jusqu’à maintenant) !

De nombreux pays pensent ou ont déjà rapatrié leurs réserves d’or

Les temps changent. Ils semblent que plusieurs considèrent que Londres n’est plus leur coffre-fort, et rapatrient à la maison les lingots qu’ils y possèdent.

À commencer par l’Autriche, qui reconsidère sa politique sur la question, suite aux critiques de la cour des comptes récemment reçues.

280 tonnes d’or

C’est ce que possède l’Autriche, dont 80 % gardées par les anglais (pourcentage qu’elle voudrait faire redescendre à 30).

L’Angleterre était jusqu’à maintenant la plaque tournante sur le marché de l’or. C’était pour des raisons de commodités, mais il semble donc que les choses évoluent.

Mais l’Autriche n’est pas le seul pays à changer son fusil d’épaule

l’Allemagne en fait autant sous l’action de sa banque centrale. Adieu Paris, Londres et New-York qui entreposaient le magot, et retour à la maison, à Francfort.

Car la menace de l’Allemagne de l’Est n’est plus qu’un lointain souvenir, et la peur du communiste un mirage. Rappelons que les allemands ont les réserves d’or les plus élevées du monde derrière les USA.

or 2016

Autre pays concerné : la Hollande. Pour elle, c’est des États-Unis que sont revenues ses précieuses pépites valant quatre milliards d’euros tout de même.

Avoir de nouveau tout cela sur son sol, est une façon de montrer aux administrés que l’économie des Pays-Bas se porte bien, et qu’il y aura des réserves en cas de coup dur sur l’euro.

Enfin, d’autres pays, comme la Suisse devraient emboiter le pas de ces frondeurs. Ce sont quand même quelques centaines de tonnes qui devraient changer de main

Que nous réserve l’avenir ? Seuls les voyants le savent (en tout cas ils le font croire). Quel que soit votre sentiment, n’oubliez pas le premier commandement d’un acheteur d’or : à long terme tu investiras.

Si vous avez 5 000 € à investir, lisez ces quelques idées d’investissements. Qui sait, peut-être pourriez-vous devenir riche ?