Comment Remonter un Découvert de 1000€ à 2000€?

Je suis à découvert de 2 000 euros. Je ne peux plus faire face. Comment faire pour remonter la pente financièrement et combler mon découvert ? Éléments de réponse et astuces pour s’en sortir.

Nous sommes le 10 du mois et c’est déjà la galère. Vous êtes débiteur de 1000 euros voir pire de 2 000 euros et vous ne savez pas comment faire pour rembourser. N’attendez pas d’avoir atteint le point de non retour. Nous allons vous donner de petites astuces pour sortir de ce cercle vicieux.  


1. Parler avec votre conseiller bancaire


C’est la première étape à respecter avant même de devenir un habitué du découvert autorisé. Vous avez déjà dépassé votre plafond de 500, 1 000 ou pire, de 2000 euros ?

Il faut rencontrer votre conseiller bancaire au plus vite, afin de lui exposer votre situation. Ou au moins lui parler au téléphone. Vouloir régler son problème sans évoquer ses difficultés avec son banquier, cela relève du miracle.

S’il n’est pas au courant, il peut par exemple bloquer votre découvert autorisé ou vos paiements. Donc n’attendez pas avant de communiquer.

Soyez honnête

Lors de cet entretien, soyez le plus honnête possible et exposez votre problème. Vous êtes peut-être dans une mauvaise passe mais il n’y a pas de quoi avoir honte. Les banquiers, même s’ils ont des règles à respecter, peuvent parfois avoir de la latitude.

Il peut minorer le montant de vos agios

Il peut s’agir de ces pénalités que vous devez payer quand vous êtes à découvert ou quand vous dépassez le seuil, mais aussi du montant des lettre de relance. Elles vous coûtent en moyenne 10 €, somme à laquelle la banque ajoute une commission d’intervention, limitée dans le mois à 80 €.

Ces frais supplémentaires ont tendance à “enfoncer” la personne qui subit la situation. Il faut donc négocier pour les faire un peu baisser.



Il peut vous faire un crédit

Si votre banquier est compréhensif, il peut vous proposer un crédit d’un petit montant, pour combler le découvert.

Quand cela arrive, les taux sont généralement assez bas (le taux d’intérêt est moins bas que celui du découvert, ça paraît logique). Ainsi, vous pouvez améliorer vos finances et reprendre pied, tout en remboursant.

Vous pouvez aussi choisir de faire un prêt sans les banques : lisez l’article !

2. Renégocier votre découvert autorisé


En discutant avec votre banquier, vous pourrez peut-être y parvenir.

Obtenir un nouveau seuil vous permettra de voir vos frais supplémentaires allégés et d’éviter la menace bien réelle d’une interdiction bancaire si votre découvert est trop important et trop régulier.

Soyez force de proposition

Montrez votre fidélité à cette banque, montrez vos revenus, parlez de votre épargne ou de vos placements bloqués si vous en avez. Notez les possibles rentrées d’argent qui vont arriver s’il y en a (vente d’une maison par exemple). Ces sommes vont compter.

Pour le côté humain, prouvez les efforts financiers que vous faites, montrez la réorganisation de votre budget s’il y en a eu une. Comme dit ci-dessus, cela peut aussi tenir à votre relation avec votre conseiller bancaire et parfois un peu à sa manière de travailler.



3. Le crédit pour couvrir un découvert bancaire


Ce n’est peut-être pas la meilleure idée, mais elle peut apporter une solution provisoirement.

Si votre dette se reporte sur le suivant depuis quelque temps déjà et que, malgré vos revenus, vous n’arrivez pas à faire face à cette situation exceptionnelle, le crédit à la consommation peut être une piste.

Vous empruntez une petite somme (entre 2 000 et 4 000 € par exemple) pour étancher le découvert et rééquilibrer vos finances.

Une idée à prendre avec des pincettes

Le remboursement du crédit va s’ajouter à vos dépenses mensuelles. Il faut donc bien tout prévoir en amont pour éviter de replonger très vite. À discuter avec votre conseiller bancaire.

4. Ne faites plus de chèques si vous n’avez pas la provision pour cela


Difficile à appliquer quand on est vraiment dans l’urgence ou dans une situation catastrophique d’un point de vue financier. Mais il faut tout de même essayer.

Car il faut garder à l’esprit que les frais bancaires supplémentaires et notamment ceux liés aux chèques sans provision sont très importants. Il existe peut-être des solutions avant d’arriver à cet extrême.

5. Piocher dans votre épargne


Le livret A, le PEL… Si vous prenez quelques centaines d’euros sur ce type de compte épargne, vous n’aurez pas de frais.

Si possible, veillez à le faire après le 15 du mois. Avant cette date, cela ne comptabilise pas les intérêts du mois en cours.

Vous n’avez pas grand chose à perdre

L’intérêt de cette démarche, c’est que le taux du livret A n’est pas très élevé (0,75 %). Vous n’y perdez pas beaucoup. Au lieu de laisser votre argent en banque, pour un retour assez faible à la fin de l’année, sortez une somme qui vous permet de pallier l’urgence.

Cette solution est certes provisoire (l’épargne à dépenser n’est pas une réserve qui va durer éternellement) mais elle peut vous permettre de combler votre dette bancaire.

6. Piocher dans votre assurance-vie


C’est une autre option. Ce n’est pas de l’épargne à proprement parler mais en cas de coup dur, il faut la voir comme une réserve d’argent possible. L’objectif n’est pas d’assécher cette réserve, évidemment. Juste de faire des retraits, qui seront provisoires.

On peut prendre une certaine somme sur son assurance-vie sans avoir à payer trop de frais. Voyez les conditions avec votre banque.

7. Envisager de changer de banque


Vous êtes dans la même banque depuis longtemps. Jusque-là, vous y êtes bien. Mais peut-être que les frais de découvert autorisé y sont très élevés. Vouz devriez peut-être réfléchir à changer de banque.

Il existe des banques, notamment plusieurs structures en ligne, qui bénéficient de taux moins chers que ceux des banques traditionnelles. Bien tenir compte du fait que ces banques demandent en général des critères précis pour souscrire (comme un cautionnaire ou un revenu mensuel minimum).

Choisissez une banque sans découvert autorisé

Certains établissements bancaires, comme Nickel, proposent une autre option : aucun découvert autorisé. La carte de paiement se bloquera si vous va entrez dans la zone rouge. Ainsi, vous ne dépasserez pas votre seuil.

Cette solution est radicale. Elle peut en encourager certains, en effrayer d’autres. C’est à vous de voir votre mode de fonctionnement.

8. Faire un rachat de crédits


Ce qui peut vite peser dans vos dépenses, ce sont les remboursements de crédit. Vous vous êtes endettés pour acheter tel ou tel objet, une maison, voire pour sortir de problèmes d’argent.

Vous pouvez demander un rachat de crédits. Un organisme qui est spécialisé dans ce domaine, comme Cetelem ou la société France Crédit par exemple, prend l’ensemble des dettes et les paient aux différents créanciers.

À la place, vous n’avez plus qu’un seul crédit à rembourser. Pour vous, la mensualité s’abaisse mais s’allonge, vous permettant de retrouver une forme d’équilibre dans un budget mensuel.

Quels sont les crédits concernés ?

Ceux à la consommation, les renouvelables, les revolving, les retards de loyer ou de paiement pour les impôts, les factures énergétiques…

À noter qu’en plus des organismes extérieurs, les banques traditionnelles proposent souvent ce genre de rachat.

Ne vous précipitez pas

N’oubliez pas qu’un rachat de crédit entraîne un remboursement mensuel moins élevé mais plus étalé dans le temps. Il faut aussi payer le service de rachat dans le remboursement global, donc ça peut coûtera plus d’argent au final. Mais cette solution peut alléger une situation difficile.

9. Faire un micro-crédit


Un découvert est le plus souvent dû à 3 choses :

  • Une mauvaise gestion des dépenses et du budget.
  • Un revenu qui n’est pas suffisant pour couvrir les dépenses quotidiennes incompressibles (loyer, facture énergétique, frais d’essence, nourriture, etc.)
  • Une importante dépense imprévue (gros problème de voiture, obsèques d’un proche, licenciement, etc.)

Concernant les dépenses imprévues, dans certains cas, vous pouvez faire appel à un micro-crédit. Dans le cadre d’une perte d’emploi, par exemple, vous pouvez monter un projet de nouvelle formation professionnelle, une micro-entreprise, etc.

En ce qui concerne les dépenses liées aux accidents de la vie, le micro-crédit peut aussi être une solution.

Comment monter un dossier ?

Les personnes les plus en difficultés doivent se tourner vers le Centre communal d’action sociale de leur ville (CCAS), une Union départementale des associations familiales, ou des associations d’aide comme le Secours catholique ou les Restos du Cœur.

À lire aussi : notre article sur les micro crédits urgents.

10. Réapprendre à faire un budget


Une mauvaise gestion de son budget – ou même un budget mal construit dès le départ – peuvent être source de problèmes financiers et par conséquent d’un découvert qui peut être variable suivant les mois.

En regardant vos relevés sur l’ordinateur ou sur une application, vous ne faites plus vos comptes tous les mois. Vous ne voyez pas bien vos dépenses réelles et celles qui restent à venir.

Se fixer des limites en début de mois

Même si les petits imprévus s’invitent toujours (comme une panne de voiture par exemple), vous pouvez budgetiser les points suivants :

  • Vos dépenses incompressibles, comme le loyer.
  • La nourriture.
  • Les transports.
  • Les loisirs.

Essayer d’être mieux organisé

Pour ça, la première étape est de revenir aux talons de chéquier, aux tickets de carte bleue et autres. Ainsi, on peut mieux prévoir les dépenses.

Faites vous aider

Des associations comme les Restos du Cœur peuvent aider les personnes qui en ont besoin à déconstruire leur budget, regarder tout en détail, voir ce qui est incompressible et ce qui peut être diminué.

Les bénévoles qui agissent au sein de ces structures sont formés et connaissent souvent des solutions.

Des proches peuvent vous aider et vous conseiller

Si vous ne souhaitez pas exposer votre situation financière à des bénévoles qui ne vous connaissent pas, tournez vous vers vos proches.

Vos parents, votre famille, vos amis. Il y a certainement quelqu’un qui sera ravi de vous apporter de l’aide, en vous donnant des conseils pour rééquilibrer votre budget.

11. Vendre des objets de valeur


Pour commencer à remonter la pente, on peut envisager quelques solutions pour renflouer le découvert.

Où les trouver ?

Votre grenier, votre cave, votre bureau cachent peut-être de véritables trésors. Des tableaux, de beaux meubles, des bijoux ou des objets anciens… Même certaines pièces de monnaie peuvent être intéressantes.

Et pour des objets plus courants, faites un tour de votre domicile, et voyez s’il n’y a pas des choses que vous pourriez vendre car elles ne vous servent plus ou que vous avez pris le modèle au-dessus (pour des téléphones ou des vêtements par exemple). Ranger, trier, se débarrasser, cela n’a fait jamais de mal à personne.

Faites la chasse à ces objets de valeur et, si vous êtes prêt à vous séparer de quelques-uns d’entre eux, vous pouvez vous tourner vers des experts ou des salles des ventes locales. Mais il existe d’autres options.

Mettre en gage

Faire un prêt sur gage peut être intéressant. Vous portez l’objet en question dans un Crédit municipal, qui vous accorde un prêt, du montant de la valeur dudit objet.

Ce crédit court pendant un an. Si au terme de cette durée, vous n’avez pas pu rendre la somme totale, l’objet est vendu aux enchères, au plus offrant.

Dans cet article, nous vous expliquons comment mettre vos bijoux en gage.

Vendre en ligne

Une bonne option : les sites de vente sur internet comme Le Bon Coin, Ebay, Amazon, Rakuten ou même Vinted pour les vêtements et les accessoires. Il n’y a pas d’inscription payante et pas de frais.

Réalisées entre particuliers, ces ventes, si elles se concrétisent, ne rapportent pas des sommes démentes. Mais même 20 ou 30 € peuvent être un bon point de départ. Aucune petite somme n’est à négliger.

12. S’ouvrir au covoiturage


Cette solution prête à sourire quand on parle de renflouer un découvert. Covoiturer en tant que conducteur, cela ne rapporte pas d’argent. En revanche, cela peut limiter de manière conséquente vos frais de transports.

Pour des centaines de milliers de Français, se rendre sur son lieu de travail cinq jours par semaine représente un pôle de dépenses incompressible.

D’après de récentes études de l’INSEE, les trajets quotidiens pour se rendre au travail en zone rurale sont compris en moyenne entre 35 et 70 km.

Optimisez vos trajets

Avec les hausses régulières du prix du carburant, cela revient vite très cher. Envisagez alors d’optimiser ces trajets plus ou moins lointains en trouvant des passagers pour du covoiturage. 

Plusieurs solutions de covoiturage

Pour sauter le pas, rendez-vous sur des plateformes web comme Blablacar. Des régions ou des Départements proposent aussi des sites locaux où l’on peut trouver des trajets.

Enfin, renseignez-vous auprès de votre commune. Elle peut avoir fait installer une ou plusieurs aires de covoiturage et sait peut-être comment mettre en relation des personnes qui souhaitent aller au même endroit.

Lisez ce témoignage, il pourra vous servir !

Judith, 31 ans, travaille dans une petite ville, à 55 kilomètres de son domicile. En effet, quand elle a commencé à ce poste, son bureau était moins distant, mais il a été déplacé. En l’absence de transports en commun qu’elle puisse facilement utiliser, elle est obligée de prendre sa voiture.

“Je me suis inscrite sur Blablacar il y a quelques mois. J’ai indiqué mon trajet comme un trajet habituel, que je fais au moins 4 matins et 4 soirs par semaine. Et j’ai trouvé une personne, puis deux, que je prends régulièrement avec moi. Nous nous sommes mis d’accord sur des lieux de rendez-vous et cela ne me fait que de petits détours.”

Avec un budget total de près de 150 € de frais de déplacement par mois, la jeune femme ne s’en sortait plus. Aujourd’hui, cette somme a été réduite presque de moitié, grâce au covoiturage.

13. Demander une avance sur salaire


Pas évident d’aller réclamer à votre chef quand votre découvert devient trop critique. Mais cela peut parfois fonctionner. N’y allez pas le 3 du mois, attendez plutôt le 10 ou le 15.

Votre patron peut vous payer les jours que vous avez déjà travaillés. À ne pas reproduire trop souvent, mais ça peut dépanner et renflouer les caisses provisoirement.

L’avance sur le treizième mois

Dans certains cas avec un employeur du secteur privé, vous pouvez faire une demande d’avance sur votre 13e mois, en en réclamant une petite partie (partie qui correspond au nombre de mois de l’année déjà travaillés).

Aujourd’hui, les statistiques des banques et des instituts spécialisés montrent tous que les Français sont de plus en plus nombreux à utiliser le découvert comme si c’était un crédit renouvelable, qu’ils remboursent au fur et à mesure. C’est comme si la banque “prêtait” de l’argent. Sauf que les taux sont importants. Essayez dans la mesure du possible de l’éviter.