Ingvar Kamprad: Sa Fortune en 2022

La fortune d’Ingvar Kamprad, le fondateur suédois d’IKEA, qui est mort à 91 ans, dépassait les 47 milliards d’euros. C’est maintenant la famille Kamprad qui a héritée de cette fortune, enfin d’une toute petite partie.

Fortune💰 47 milliards d'euros
Pays d'origine🇸🇪 Suède
Date de naissance📅 30 mars 1926
Origine de sa fortune💡 IKEA

Estimation de la fortune de Ingvar Kamprad

Le richissime suédois, qui a tiré sa révérence en 2018 à 91 ans, a accumulé tout au long de sa vie une fortune gigantesque qui a fait de lui avant sa mort le huitième homme le plus riche du monde. Toutefois, ces 47 milliards d’euros ne lui appartenaient pas complètement, puisqu’il avait transféré la majeure partie de cette somme dans sa fondation (Stichting INGKA) avant la fin de sa vie.

La famille Kamprad est aujourd’hui plus riche que d’autres grandes fortunes françaises : famille Mulliez (Auchan), Bernard Arnault (LVMH), Bettencourt (Loréal). La holding Inter IKEA est dirigé à ce jour par le fils cadet du patriarche, Mathias Kamprad.


Voici comment Ingvar Kamprad est devenu riche

Tout a démarré pour lui à la sortie de l’adolescence, en 1943. Avant sa majorité, son père, fier de ses bonnes notes à l’école lui donne une petite somme d’argent. Plutôt que de la dépenser pour s’amuser, il décide d’ouvrir une petite entreprise qui vend des objets pour la maison par correspondance. La genèse d’IKEA était née.

Mais le grand magasin que le monde entier connait n’a vraiment commencé sa success story qu’en 1956 lorsque son fondateur invente le concept qui va le rendre milliardaire : les meubles en morceaux que doivent monter les clients eux-mêmes.

Les grandes fortunes ne se créant pas qu’avec des bonnes idées, Ingvar Kamprad a aussi très vite optimisé la fiscalité de son entreprise, en déménageant le siège d’IKEA au Danemark, échappant ainsi aux impôts trop lourds de la Suède en 1973. Aujourd’hui, son siège est aux Pays-Bas, où la fiscalité est encore plus clémente.





Quelles études à fait Ingvar Kamprad ?

Le milliardaire n’a pas fait de grandes études, poursuivant son cursus jusqu’à la fin du lycée (l’équivalent en Suède). On peut donc dire de lui qu’il est l’autodidacte le plus célèbre du monde.

Très jeune il a commencé à vendre de petites choses, titillé dès l’enfance par la fibre commerciale : vente d’allumettes à l’âge de 7 ans, décos de Noël, semences, stylos… N’hésitant pas à faire du porte à porte pour démarcher ses clients.

Comment Ingvar Kamprad dépense-t-il son argent ?

Ce milliardaire était connu pour 2 choses : sa réussite dans les affaires et le fait qu’il ne dépensait rien. Par exemple, même à la fin de sa vie, il se déplaçait dans sa vieille voiture ou en bus. Il n’avait pas le train de vie d’un homme riche, c’est peut-être pour cela qu’il l’est devenu.

Pour lui, pas de grands restaurants ni de voyages en avion privé, mais plutôt des repas bon marché et des vols en classe éco. Son seul plaisir : l’achat et l’entretien d’un vignoble en Provence.

Femme et enfants de Ingvar Kamprad

À son décès, ils sont devenus riches, mais pas tant que cela. Les descendants d’Ingvar Kamprad sont nombreux.

FemmesKerstin Wadling (jusqu'en 1960)
Margaretha Stennert (jusqu'en 2011)
EnfantsAnnika Kihlbom
Jonas Kamprad
Peter Kamprad
Mathias Kamprad

Ses enfants, les héritiers, sont donc 4 : Annika, Peter, Jonas et Mathias. Mais contrairement à ce qu’ils auraient pu penser, ils ne sont pas devenus milliardaires au décès de leur père, qui avait placé presque toute sa fortune dans sa fondation suédoise, axée sur l’éducation et l’entrepreneuriat. En tant qu’héritier, chaque enfant a touché 14 millions de francs suisses (ce qui équivaut à 13 millions d’euros).

Mais ses 3 fils travaillent toujours chez IKEA, a des postes importants de direction.

Sa voiture

Ceux qui pensent que faire partie des hommes les plus riches du monde induit forcément d’avoir une très belle voiture se trompent : voici ce à quoi ressemblait la voiture du milliardaire suédois à sa mort. Non, vous ne rêvez pas, il s’agit bien d’une Volvo 240 GL de 1993 ! À ce stade on peut presque parler d’une voiture de collection.

Car là où Ingvar Kamprad a fait très fort, c’est qu’il est toujours resté fidèle à sa vieille Volvo. Il se dit qu’elle lui servait même à mesurer la taille des cartons IKEA. S’ils ne rentraient pas dans son coffre, c’est qu’il fallait revoir sa copie. Comme quoi, on peut être très riche et garder les pieds sur terre.

Autre chose à savoir : le fondateur du géant suédois adorait sa voiture, mais continuait quand même à se déplacer en transports en commun.

Sa maison

Voyons maintenant si sa résidence principale était à la hauteur de sa voiture. Lors de ses dernières années, il avait enfin décidé de quitter la Suisse, et de retourner vivre en Suède, notamment pour profiter de sa famille. C’est à cette occasion que nous avons pu savoir où était sa propriété, et ce qu’elle valait réellement.

Là encore, si vous vous attendiez à un palais en marbre, vous allez revenir sur terre. La maison dans laquelle il a vécu jusqu’à la mort de sa dernière femme était située à Epalinges, sur les hauteurs de Lausanne, en Suisse. Si elle se situait sur un terrain de 4000 m2, avec une vue sur le lac, elle n’avait rien de luxueux, puisqu’elle était en vente à 4 millions d’euros, ce qui pour la Suisse est un prix « moyen » et pour un milliardaire une « petite » maison.

Sa chaîne Youtube 

Il ne possédait pas de chaine Youtube. À son âge, il est normal qu’il n’est pas été un adepte des réseaux sociaux, il est devenu riche sans eux et s’en est très bien passé toute sa vie.

Cependant, si vous voulez en savoir plus sur l’homme et sur son œuvre, sachez qu’il existe plusieurs documentaires consacrés à sa vie et à l’histoire de l’entreprise IKEA, à peu près dans toutes les langues.

Ses livres 

Ingvar Kamprad à écrit un livre en 2000 intitulé Leading by Design the IKEA Story. Le livre retrace la vie du fondateur d’IKEA et elle est édifiante pour ceux qui souhaiteraient se lancer dans l’entreprise sans avoir fait de grandes études pour cela.

Il a aussi rédigé un manifeste en 1976 pour les employés IKEA, qui est toujours enseigné et distribué dans l’enseigne de meubles : Testament of a Furniture Dealer. Non traduit en français à notre connaissance, dommage pour les employés d’IKEA France.

5/5 - (3 votes)